lundi 29 février 2016

Pèlerinage Jubilaire au Puy-en-Velay pour les 15-25 ans



Formulaire d' inscription

Nom de Famille: 
Adresse:
Téléphone Mobile:
Courriel:
Nombre de participants…………………………………..
Si vous avez des besoins particuliers, et pour plus de renseignements,
contactez nous: 0601793680
Arrivée en voiture …………       nombre de places libres pour covoiturage………
Arrivée par le train Horaires d'arrivée ……………….de départ …………….:
Participation aux frais d'organisation 10€ par foyer                        ………….…10..€
Place camping/4€ par personne •• nombre de places………….=    ..………………€
apporter tente et sac de couchage
Total à régler à l'AJCA                                                                     ………….…….€


A renvoyer avec votre règlement avant le 10 avril 2016 à
AJCA
25 merlet
33420 ESPIET
tel: 06 01 79 36 80


Jubilé du Grand Pardon
À renvoyer avec votre règlement avant le 10 avril
2016 à,
AJCA
25 merlet
33420 ESPIET
tel:0601793680 Jubilé du Grand Pardon

On sait qu'une petite communauté chrétienne s'était constituée, vers 350, à Galabrum (Espaly). Il arriva qu'un jour, une femme chrétienne, paralysée. implorait sa guérison du ciel. Soudain, elle vit la Vierge Marie lui apparaître sur le mont Anis, entourée d'une couronne d'anges « La Reine du Ciel a choisi ce lieu pour en faire son domaine, y recevoir des prières et les exaucer. » La guérison de la malade fut instantanée. L'évêque Scutair organisa la construction de l'oratoire, en l'honneur de la Vierge, ancêtre de notre cathédrale actuelle. Devant les terreurs de l’an mille, on sut se tourner vers elle. La fin du monde était annoncée par un moine allemand pour le 25 mars 992. Une foule de pèlerins encore plus grande que de coutume, vint se mettre sous la garde de la Vierge d’Anis. Cette année-là le Vendredi-Saint coïncidait avec la fête de l'Annonciation, le 25 mars. Une telle affluence de pèlerins en de telles circonstances, provoqua de la part du Saint- Siège et des autorités religieuses locales l'institution d'un jubilé, un Grand Pardon dans ce sanctuaire, chaque fois que la coïncidence du mystère de la Rédemption coïnciderait avec le mystère de l'Annonciation aurait lieu. En cette année 2016 ce sera la 31e fois depuis 992. Le jubilé de NotreDame du Puy est ainsi le plus ancien de tous les jubilés de l’Eglise catholique. C'est au Xe siècle que la ville prit le nom de Puy-Sainte-Marie. C'est au Puy que retentit pour la première fois la prière du Salve Regina. C'est également à Notre Dame du Puy que se rendit, au temps de Charlemagne, le seigneur sarazin Mirat qui détenait la région de Lourdes. Il put garder la ville à condition de rendre les armes à la Vierge. Mirat accepta et, en posant les armes devant la vierge noire du Puy-en-Velay, il décida de prendre le nom de Louerda (la rose en arabe), en l'honneur de la vierge aux roses.Une même foi, une même espérance jette les pèlerins aux pieds de la Madone à Lourdes et au Puy.

Début: 10h : Départ du pèlerinage depuis l'église St-Privat d'Allier.

* Les pèlerins qui arrivent en voiture déposent leurs passagers à Saint Privat et rejoignent le grand séminaire de Puy avant 9h30 pour stationner leur véhicule et regagner St-Privat par navette.
Navette depuis la gare de Puy-en-Velay pour ceux qui arrivent en train. Dans tous les cas merci de nous signaler votre moyen de transport et heure d'arrivée.

Source: France Fidèle


dimanche 28 février 2016

Nous avons affaire à une contrefaçon de l'Eglise et non pas à l'Eglise catholique

Source: Dominicains d'Avrillé

« Nous avons affaire à une contrefaçon de l’Eglise et non pas à l’Eglise catholique »

Mgr Lefevbre3

Telle était la pensée de Mgr Lefebvre. Il l’exprime clairement dans une conférence en 1978. Voici un résumé de sa pensée :
Les personnes qui occupent les postes d’autorité dans l’Église n’enseignent plus la foi catholique, mais autre chose. Ils ont beau être assis sur les sièges de leurs prédécesseurs, ils ne les continuent pas, ils entraînent dans autre chose que l’Église catholique.

C’est pourquoi, avant de faire quelqu’accord que ce soit avec ces gens-là, il faut s’assurer s’ils sont les représentants de l’Église catholique et leur demander s’ils sont d’accord avec les grands documents de l’Église catholique comme les anathèmes du concile de Trente, l’encyclique Auctorem Fidei sur le concile de Pistoie, le Syllabus, l’encyclique Immortale Dei du pape Léon XIII, la lettre sur le Sillon du pape Saint Pie X, les encycliques Quas Primas et Mortalium Animos du pape Pie XI.

L’Eglise est occupée. Elle est occupée par la contre-Eglise que les papes ont condamnée tout au long des siècles, depuis quatre siècles. Cette contre-Eglise est née avec le protestantisme, elle est à l’origine de toutes les erreurs modernes, elle a détruit la philosophie et nous a entraînés dans des erreurs condamnées par les papes, comme le libéralisme, le socialisme, le communisme, le modernisme ou le sillonisme.
Depuis le Concile, les autorités de l’Église mettent en œuvre un programme élaboré dans les loges maçonniques. Faut-il obéir à ces gens-là ? On doit obéir à la foi de l’Eglise, certes, mais pas à la Franc-Maçonnerie !
On peut écouter la conférence de Mgr Lefebvre sur le site de La Porte latine (à partir de la minute 11) sur La Porte Latine.
 

mardi 23 février 2016

Le mystère des origines de l'islam enfin éclairci?

Le mystère des origines de l’islam enfin éclairci ? 




Père Edouard-Marie Gallez - Le Messie et son prophète

Où en est la recherche historique sur les origines de l’islam ?
Avec la parution de la thèse d’Édouard-Marie Gallez, Le Messie et son prophète. Aux origines de l’islam (deux tomes, Éd. de Paris, 2005), nous passons véritablement de la légende à l’histoire. Par sa critique impitoyable des sources, l’auteur écarte systématiquement toutes les inventions orientales et toutes les forgeries des prétendus historiens. Il se fonde sur les travaux du petit nombre de chercheurs honnêtes qui, surtout depuis une trentaine d’années, ont osé, dans des études partielles, s’écarter de la version admise par les islamologues patentés.
Voyons d’abord, avant de présenter les travaux d’É.-M. Gallez, quels sont ces savants qui ont étudié de façon scientifique la question de l’apparition au Proche-Orient d’une nouvelle religion dans la première moitié du VIIe siècle.

Les chercheurs

Hanna Zakarias - Vrai Mohamed et Faux Coran

Déjà, dans les années 1950, le dominicain Gabriel Théry (1891-1959), écrivant sous le pseudonyme de Hanna Zakarias [1], avait imaginé une hypothèse [2] capable de rendre compte, principalement à partir d’une analyse du texte officiel du Coran [3], des incohérences et des absurdités qui s’y trouvent. Pour lui, l’islam est une « entreprise juive » mise en œuvre par le rabbin de la Mecque, qui aurait converti au judaïsme un jeune arabe nommé Mohammed. Ayant traduit en langue arabe un résumé du Pentateuque (aujourd’hui perdu, mais dont on retrouve des fragments dans le Coran actuel), ce rabbin aurait tenté d’utiliser cet Arabe pour entraîner son peuple dans l’entreprise messianique de reconquête de la Terre promise… pour le compte des Juifs. Possédant maintenant un livre sacré capable de faire pièce à l’ancien et au nouveau Testament, les Arabes auraient repris ce projet à leur compte. Cette hypothèse, qui ne tenait déjà pas compte de certaines études partielles publiées antérieurement sur le sujet, est aujourd’hui abandonnée à la suite des travaux des chercheurs que nous allons mentionner. Il n’en reste pas moins que nous pouvons saluer le courage de ce savant, qui a contribué à faire sauter la chape de plomb qui étouffait alors la recherche en matière d’islam.

Patricia Crone (1945-2015)

Tout va changer avec la publication en 1977 de la thèse du professeur (à Cambridge, puis à Princeton) Patricia Crone [4] qui, faisant la synthèse des travaux antérieurs et des découvertes récentes, en particulier en matière d’archéologie, donne enfin une explication plausible des événements qui se déroulèrent au Proche-Orient à partir de 614 (prise de Jérusalem par les Perses). Ce grand savant a définitivement établi :
— que l’islam n’est pas né dans le Hedjaz (nord-ouest de la péninsule arabique), mais en Syrie ;
— que le Coran ne peut pas être considéré comme un document historique authentique du VIIe siècle ;
— que le Mahomet historique n’a rien à voir avec le personnage dépeint par la sira ;
— que le mécanisme de la tradition islamique empêche de considérer les textes qui en sont issus comme des documents exploitables par les historiens.
Ces études du professeur Patricia Crone ont inauguré les pistes les plus intéressantes de la recherche actuelle.
D’autres érudits ont continué sur cette lancée :
— Le P. Antoine Moussali (1921-2003), par sa connaissance de l’arabe et de la psalmodie, a rétabli le texte de certains versets du Coran et identifié des ajouts postérieurs dans certaines sourates importantes, permettant de nouvelles interprétations. Ce travail, qui semble indispensable avant toute traduction définitive, n’avait jamais été même commencé par la pléiade de spécialistes qui, depuis le XIXe siècle, se penchent sur cet écrit, et qui faisaient confiance au texte officiel du Coran établi par les docteurs de la foi. Le P. Moussali [5] a dégagé des indices très clairs qui montrent que le « Coran » dont parle (65 fois) l’actuel livre sacré des musulmans était un lectionnaire, traduit de l’araméen en arabe dans les années 610–630. Ce lectionnaire était en usage dans une secte dont nous parlerons plus loin, les judéo-nazaréens. A ce « Coran » primitif, les premiers califes ont ajouté un texte fait d’une compilation d’écrits en arabe, qui, remaniée peu à peu, devint notre actuel Coran au cours du VIIIe siècle.
Alfred de Prémare - Aux origines du Coran
D’autres chercheurs se sont attachés à des aspects partiels de la question et à l’établissement de certains points d’histoire. Parmi eux, citons Ray A. Pritz pour son étude sur la secte des judéo-nazaréens – même si l’affirmation de leur disparition au IVe siècle est aujourd’hui contestée – [6] et Alfred-Louis de Prémare pour sa publication de la liste des documents nouveaux découverts et étudiés depuis une trentaine d’années, avec de très intéressantes monographies sur les différents auteurs et chroniques [7], ainsi que son étude sur l’élaboration du corpus coranique aux VIIe et VIIIe siècles [8]. Travail indispensable, même si on peut regretter qu’il ait montré trop de timidité à en tirer les conclusions qui pourraient sembler logiques et fait dans ses commentaires sur Mahomet quelques erreurs pour sacrifier à la vérité officielle.
— Cependant la véritable synthèse de toutes ces études est la thèse d’un jeune savant, Édouard-Marie Gallez qui a été soutenue en novembre 2004, sous le titre Du messianisme nazaréen au prophétisme islamique. Cette thèse a été publiée en juillet 2005 sous le titre Le Messie et son prophète. Aux origines de l’islam. Les quelques notes qui vont suivre ne font qu’exposer cette nouvelle hypothèse historique qui donne enfin une explication plausible de la naissance de l’islam.

Les Qurayshites

Les Arabes sont un très vieux peuple du Proche et Moyen-Orient, qui n’a jamais eu d’histoire propre. Divisés en de nombreuses tribus nomades ou sédentaires, ils formaient déjà une des composantes de l’empire perse de Darius Ier à la fin du Ve siècle avant J.-C. Les textes bibliques en parlent comme de riches négociants faisant le commerce des aromates, de l’or et des pierres précieuses, ou des pasteurs nomades vivant de brigandage. La razzia leur permettait de compléter leur ordinaire par l’appropriation de biens divers et d’esclaves. Ils peuplaient les confins de la Mésopotamie, le long de l’Euphrate, et à l’est de la SyrieCes nomades étaient devenus partiellement sédentaires, formant à partir de la fin du IIIe siècle, deux royaumes, les Lakhmides autour de Hira (en Mésopotamie, sur l’Euphrate), et les Ghassanides avec trois lieux de résidence aux confins du désert de Syrie et dans le Golan [9]. « En raison de leur mobilité et de leurs capacités guerrières, les Ghassan étaient pour Byzance des alliés indispensables, qu’il lui fallait ménager – écrit A.-L. de Prémare –. Aussi jouaient-ils, comme les Lakhmides leurs ennemis du côté perse, un rôle important sur l’échiquier politique ». Au IVe siècle, une autre tribu, celle des Saracènes (Saraceni) [10], sous la direction de la « reine » Mauvia (Mawiyya) tentera de secouer la tutelle de Rome:Carte de la Syrie en 1927
après avoir battu les troupes de l’empereur arien Valens (373), elle finit par s’entendre avec les Romains. C’est à partir de cette date que les Arabes commencèrent à prendre conscience de leur force militaire : au VIe siècle, ils se mirent, comme mercenaires, au service des deux grands empires qui se disputaient la suprématie au Proche-Orient, Byzance et les Perses. Les Ghassanides seront vassaux de Byzance, les Lakhmides de la Perse.
Mais parmi les différentes tribus arabes, il y en a une qui va prendre une importance considérable dans l’histoire, celle des Qoréchites (en arabe qurays), dont est issu Mahomet. L’écrivain syrien Narsaï, écrivant vers 485, mentionne déjà la cruauté des Qurays au cours des razzias qu’ils faisaient dans la région de Beith Aramayé, à l’ouest de l’Assyrie [11]. Il semble qu’au VIe siècle, ils se soient reconvertis dans le commerce, peut-être à cause d’une christianisation, au moins superficielle [12]. De plus, de nombreux noms de lieux portent leur nom en Syrie, et non dans le Hedjaz, comme on pourrait s’y attendre. Le géographe René Dussaud [13] a relevé le nom d’une rivière qui porte leur nom (nar al quraysiy) qui traverse les ruines d’un village d’Arabes semi-nomades (un caravansérail, centre de commerce et halte pour les caravanes) appelé Khan el-Qourashiyé, situé à 30 kilomètres au nord-est de Lattaquié. Les chroniques nous donnent encore d’autres indications sur l’activité de ces Arabes, qui se situe entre la Syrie et la Palestine : la Chronique de Jacob d’Édesse (fin du VIIe siècle), traduite par A.-L. de Prémare [14] précise que Mahomet « alla pour le commerce en terres de Palestine, des Arabaya [région arabe de Mésopotamie] et de Phénicie des Tyriens ». D’autres traditions mentionnées par ce même chercheur situent autour de Gaza le lieu de l’activité commerciale de Mahomet et la tombe de son arrière-grand-père ; sa famille y possédait des terres [15].

Les judéo-nazaréens

Mais revenons en arrière pour parler d’une autre force, spirituelle celle-là, sans laquelle l’islam n’aurait pas pu naître, la secte des judéo-nazaréens. Leur existence, très mal connue jusqu’à ces dernières années, a été mise en valeur par Ray A. Pritz dans son étude Nazarene Jewish Christianity… Rappelons que c’est ce chercheur qui les a baptisés « judéo-nazaréens » pour éviter les ambiguïtés du vocable « nazaréens » sous lequel ils étaient connus jusqu’ici [16]. Il s’agit d’une déviation des chrétiens d’origine juive appartenant à la communauté du premier évêque de Jérusalem, Jacques (l’apôtre Jacques le Mineur ou le « frère de Jésus » Jacques le Juste ? La question est pendante), mort martyr en 62 après J.-C. Ces judéo-nazaréens (avec É.-M. Gallez, adoptons cette dénomination qui, à défaut d’être reconnue par tous les islamisants, a le mérite d’être claire) croient que Jésus n’est pas mort sur la croix (il y aurait eu une substitution), mais qu’il est gardé en réserve au ciel dans une perspective politique de conquête du monde.
Parmi les écrits qui expriment cette idéologie politico-religieuse, il faut détacher le Deuxième livre de Baruch ou Livre syriaque de Baruch, un apocryphe datant des années 80 après J.-C. [17]. Tout en prônant l’observation scrupuleuse de la Loi dans le présent, ce texte annonce pour l’avenir un monde nouveau et bien concret, qui viendra sur la terre après les douze époques de cette vallée de larmes. Alors, le Messie, qui est comparé à une vigne et à une source d’eau vive, régnera sur le monde entier, tandis que Jérusalem sera rebâtie. Ce n’est qu’au terme du règne messianique qu’aura lieu la résurrection des corps : « C’est pour toute la terre que cela arrivera. […] Dès que sera accompli ce qui doit arriver dans ces parties [du temps], le Messie commencera de se révéler [18] ». Il y a dans ces textes, « une vision dialectique du monde », selon l’expression d’É.-M. Gallez. En effet, les judéo-nazaréens se distinguent de façon polémique des judéo-chrétiens (les chrétiens de Palestine) et des juifs orthodoxes. Ne reconnaissant que leur seul Évangile, copié de celui de Matthieu, à l’exclusion des autres, ils reprochent aux chrétiens d’avoir contaminé de paganisme la pure tradition juive, le Messie-Jésus ne devant pas être « mêlé » à Dieu. Aux juifs, ils ne pardonnent pas la lapidation de Jacques le Juste, la non reconnaissance du Messie, et surtout l’introduction, dans le corpus des livres sacrés, de la Mishna et des Talmudin, qui donnent une fausse interprétation de la Tora. Ils se considèrent donc comme les représentants de la vérité entre deux erreurs opposées.
Jérusalem
Les judéo-nazaréens étaient coupés du monde religieux juif et chrétien. La plupart des exégètes sont incapables de les définir clairement. C’est le cas par exemple de saint Jérôme qui, en 404, écrit à saint Augustin à leur propos [19] : « Tandis qu’ils veulent tout ensemble être juifs et chrétiens, [ces hérétiques] ne sont ni juifs ni chrétiens. » En réalité, ils voulaient fortement se distinguer des uns et des autres ! Aussi bien, le petit nombre de documents que nous possédons sur cette secte ne signifie aucunement qu’elle ait cessé d’exister et de prospérer avant le IVe siècle, ni même bien au-delà, contrairement à l’opinion de Ray A. Pritz. En effet, celui-ci ignore un témoignage capital qui n’a pas échappé à un autre chercheur, Simon-Claude Mimouni [20], à savoir celui du pèlerin anonyme de Plaisance qui, vers 570, visita la Palestine. Il fait état d’une communauté d’Hébreux qui ne s’entendaient pas avec les chrétiens, mais qui n’étaient pas non plus des juifs talmudistes. Il ne pouvait s’agir que de judéo-nazaréens, analyse É.-M. Gallez, qui donne d’autres preuves épigraphiques se trouvant en particulier dans des villages ruinés du plateau du Golan.
Mais le texte capital qui nous fournit la preuve que, au VIIe siècle, les judéo-nazaréens n’avaient nullement disparu, c’est… le Coran lui-même, aussi curieux que cela puisse paraître. A condition, bien sûr, d’étudier ce Coran non avec les lunettes roses de la légende musulmane, mais avec les outils de l’analyse historique et théologique, comme É.-M. Gallez. En effet, le Coran que nous connaissons mentionne un « coran » auquel il se réfère, et cela soixante-cinq fois. Comme il ne peut pas se référer à lui-même, il s’agit bien d’un autre texte. Quel est-il ? Pour répondre à la question, il faut faire appel à l’étymologie. Le mot quran vient de qara , verbe hébreu signifiant crier, lire ou réciter en public. C’est également le sens du syriaque qorono qui désignait un florilège chrétien d’extraits bibliques destiné à la lecture publique, appelé aussi « lectionnaire ». Cela s’applique parfaitement à l’usage que les musulmans firent du Coran élaboré par les califes à partir du VIIIe siècle, qui servait à des lectures journalières. Mais de quel lectionnaire s’agit-il dans les sourates qui parlent du « coran » ? La S. 3, 113 fait allusion à « une communauté debout (umma) [qui] récite les versets de Dieu durant la nuit et ils se prosternent ». Ce n’est évidemment pas la communauté naissante des musulmans, mais une autre, qui est désignée ailleurs (S. 5, 66) : « Parmi eux [les Juifs] il y a une communauté qui va sans dévier ». Cette communauté qui, selon une tradition biblique ancienne, se lève la nuit pour réciter des psaumes, est évidemment celle de l’auteur qui, n’étant pas un Juif orthodoxe (ceux-ci constituent l’autre communauté, qui « dévie »), ne peut que faire partie du groupe judéo-nazaréen qui nous occupe. Des citations de nombreuses autres sourates viennent apporter des arguments supplémentaires à cette analyse d’É.-M. Gallez.
Ainsi, nous avons la preuve que les judéo-nazaréens n’avaient pas du tout disparu au début du VIIe siècle, puisque leur lectionnaire, avec le Pentateuque (tora) et l’Évangile (celui de Matthieu, injil) se retrouve mentionné dans l’actuel Coran. A partir de ce moment, nous avons une « grille » qui va nous faire avancer dans l’explication des événements qui se sont produits dans la première moitié du VIIe siècle. Cette découverte d’Édouard-Marie Gallez va lui permettre de bâtir une hypothèse scientifique qui « colle » à la réalité géographique et historique.

Les apories de l’histoire officielle

Mais voyons d’abord ce qui s’est passé et comment la pseudo-histoire officielle nous explique la naissance et le développement de cette religion guerrière qui, comme un raz de marée, va bientôt submerger non seulement le Moyen-Orient, mais une partie du bassin méditerranéen. Le début du VIIe siècle est une période de troubles dans l’Empire romain d’Orient. L’empereur Maurice est détrôné et assassiné par un centurion, Phocas, qui est élevé au trône par ses soldats (602). Ce dernier laisse ravager et conquérir ses provinces d’Asie par le Perse Chosroès II (Khusraw II). Mais en 610, il est à son tour détrôné et tué par Héraclius, le fils de l’exarque ou gouverneur général de la province d’Afrique. Attaqué de tous les côtés par diverses peuplades, l’Empire est sauvé par Sergius, le patriarche de Constantinople, qui fait jurer à Héraclius de le défendre, alors qu’il voulait transporter le centre du pouvoir à Carthage. 
Mais les Perses continuent leurs conquêtes et en 614 s’emparent de Jérusalem, emportant la sainte Croix à Ctésiphon (aujourd’hui Bagdad), leur capitale.                                                         Piero della Francesca - Bataille entre Heraclius et Chosroes II 
Ayant enfin pu réunir une armée suffisante, Héraclius recommence la conquête de l’Asie mineure à partir de 622 et finit par vaincre les Perses à Ninive (628). Chosroès II est renversé par une révolution de palais et ses successeurs restituent aux Byzantins toutes leurs conquêtes, ainsi que la sainte Croix qu’Héraclius replace solennellement à Jérusalem (631). C’est alors que les Arabes, qui n’avaient pas participé en tant que peuple à ces événements, vont soudain apparaître et tout balayer sur leur passage, faisant en l’espace d’un siècle la conquête de la Palestine, de la Syrie, de la Perse, de l’Égypte, puis dans un second temps, du Maghreb et de l’Espagne (632-750).
Les explications données par les historiens officiels sur la rapidité de cette conquête sont les suivantes : le Prophète, inspiré par Dieu, aurait essayé de convertir les polythéistes de la Mecque. Il aurait été d’abord expulsé et se serait replié sur Yatrib (future Médine), où il aurait composé le Coran et créé l’islam, levé une armée, reconquis la Mecque, et de là serait monté vers le nord, comme un ouragan renversant tout sur son passage.
Or cette version, qui ressemble à un conte des mille et une nuits [21], butte contre les impossibilités ou les absurdités suivantes :
— La Mecque, située dans un lieu particulièrement insalubre, n’existait pas au temps de Mahomet. Cette ville a été créée quelques dizaines d’années plus tard par les califes, pour des raisons religieuses et politiques [22].
— Le Coran est truffé d’histoires juives et de recommandations d’appliquer les prescriptions de la religion judaïque. Or les sources juives, comme le reconnaît Prémare [23], sont muettes sur la présence de colonies juives dans cette partie du Hedjaz. Et ce n’est pas l’activité de marchand de Mahomet qui a pu lui donner une pareille érudition.
— L’idéologie messianique de conquête du monde, qui était celle des conquérants arabes, est dénoncée par l’évêque de Jérusalem Sophrone en 635 [24]. Or cette idéologie n’est pas arabe, ces peuples s’étant contentés jusqu’au VIIe siècle de guerroyer pour faire du butin ou d’être mercenaires des Byzantins ou des Perses.
— Contrairement à ce qu’affirme A.-L. de Prémare après les islamologues officiels, Mahomet n’a jamais revendiqué pour lui la qualité de prophète. Dans les documents d’époque cités, il est écrit que les gens disaient qu’il l’était, ce qui n’est pas la même chose [25].

Des essais d’explication

Voilà quelques objections (il y en a d’autres) qui sont insurmontables pour la vulgate officielle. Le père Gabriel Théry avait bien vu les trois dernières, et, pour y répondre, avait avancé l’hypothèse du rabbin de la Mecque, mentor de Mahomet, qui l’aurait initié au Pentateuque, aux commentaires rabbiniques de la Bible et aux arcanes de la religion juive. Il expliquait aussi l’importance de l’Évangile (injil) dans le Coran par la nécessité pour le rabbin de tenir compte de la communauté chrétienne de la Mecque.
Les découvertes de Patricia Crone ont ruiné l’hypothèse du rabbin et de son adversaire le curé. De toute façon, comment un juif, pour qui Jésus est un imposteur, aurait-il pu parler de façon laudative du Messie et de sa mère Marie ? Cette fausse piste devait donc être abandonnée : les Juifs « orthodoxes » n’étaient nullement responsables de la création de l’islam, c’est un fait maintenant établi.
Une autre raison historique militait encore contre cette thèse : les Juifs venaient de subir, de la part des Perses, des persécutions qui ne les mettaient pas en position de force. En 614, par haine des Byzantins chrétiens, ils avaient aidé Chosroès à faire le siège de Jérusalem. Pour les récompenser, le « Roi des Rois » leur avait confié l’administration de la ville. Ils en profitèrent pour se livrer à un grand massacre de chrétiens, si bien que les Perses leur retirèrent cette charge, les expulsèrent de la ville et les déportèrent dans plusieurs villes de leur empire.
Il fallait donc trouver autre chose. C’est ce qu’a fait É.-M. Gallez en avançant l’hypothèse de l’alliance des Arabes qurayshites et du groupe des judéo-nazaréens : hypothèse qui, nous allons le voir, non seulement intègre les découvertes récentes (ou qui avaient été oubliées) de la science historique, mais surtout répond à toutes les objections que nous venons de mentionner, tout en expliquant les obscurités qui entourent l’apparition et le développement d’une nouvelle religion au VIIe siècle, l’islam.
Nous nous bornerons, dans le cadre de cette recension, à mentionner les principaux points de cette hypothèse scientifique :
Dôme d'Omar à Jérusalem 
L’islam est né de la conjonction, dans la première moitié du VIIe siècle, de trois éléments : les peuplades arabes puissantes et riches, lasses de combattre pour des étrangers (Byzantins et Perses) et récemment humiliées par eux ; ensuite le groupe de chrétiens hérétiques de sang juif, les judéo-nazaréens, porteurs d’une idéologie messianique de conquête non seulement de la Terre (la Palestine), mais du monde entier ; enfin un homme, Mahomet, appartenant à une tribu arabe de marchands, disposant donc du « nerf de la guerre » nécessaire au démarrage et à la poursuite d’une opération de cette envergure.
— Un contingent d’Arabes ennemis des Byzantins aurait participé activement au siège de Jérusalem par les Perses en 614. En 622, devant l’avance des armées d’Héraclius qui a commencé la reconquête de l’Anatolie, les Qurayshites de Mahomet et les judéo-nazaréens qui les accompagnent – et qui sans doute avaient participé au massacre des chrétiens – décident d’émigrer (ils se nomment d’ailleurs ainsi, les « émigrés », muhadjirun) à Yatrib, la grande oasis du Hedjaz, où les armées byzantines ne risquent pas d’aller les chercher.
— Là, Mahomet et les docteurs judéo-nazaréens qui l’entourent (les liens entre eux étaient anciens, et il est probable qu’il avait épousé une jeune femme de ce groupe, nommée Khadija ou autrement) ont une idée de génie : déguiser cette fuite en un repli stratégique pour la reconquête de la Terre (la Palestine), rappelant non seulement l’épisode égyptien de l’Exode, mais aussi ce qu’avaient fait les Macchabées. Pour bien affirmer cette volonté agressive, ils vont jusqu’à rebaptiser Yatrib en Médine, allusion à la petite ville de Modin [26] d’où ces héros juifs, après avoir abandonné Jérusalem (167 avant J.-C.) étaient repartis pour y revenir victorieux, fondant un éphémère royaume asmonéen de 163 à 135 av. J.-C. Une autre façon frappante d’exalter ce repli en l’intégrant dans une stratégie offensive fut de transformer 622 en l’an I du calendrier musulman.
L'hégire réel (Médine 622) 
C’est ce repli de Jérusalem sur Yatrib (et non de La Mecque sur Yatrib, comme le prétend la vulgate officielle), où vivaient déjà d’autres judéo-nazaréens, qui fut nommé l’Hégire (= l’exode). De 622 à 634, Mahomet a sans doute fort à faire pour asseoir sa domination sur les Arabes de la péninsule. Il tente plusieurs opérations militaires, en particulier en 629 où il se fait battre à Mouta, au sud-est de la mer Morte. Ce n’est qu’en 634 que les opérations d’invasion commencent du côté de la Syrie, sous la direction de Mahomet lui-même (qui est censé être mort depuis deux ans), selon divers documents très anciens.
— Ce sont les califes successeurs de Mahomet qui mettront en œuvre son plan. La prise de Jérusalem a lieu sans combat par les troupes d’Omar en 635, 636 ou 637. Omar, maître de la ville, fait déblayer l’esplanade du Temple, devenue un dépôt d’immondices et, avec ses alliés judéo-nazaréens, offre un sacrifice pour faire revenir le Messie.
— Celui-ci ne se manifestant pas, les Arabes (les Qurayshites et les Ghassanides, naguère au service de Byzance, qui les ont rejoints) se débarrassent de leurs mentors, les docteurs de la foi judéo-nazaréens, et prennent à leur compte leur lectionnaire, le Coran, qu’ils font réécrire par ceux d’entre eux qui acceptent de « collaborer », pour en faire un livre sacré qui fasse pièce à celui des juifs (la Bible) et à celui des chrétiens (les Évangiles).
– Cette lente élaboration (qui durera près de deux siècles) d’une religion de conquête sera la base de l’expansion  islamique qui s’étendra vers la Perse et le bassin méditerranéen…

Mahomet

Mais le plus grand mérite de la thèse d’É.-M. Gallez est de donner enfin son vrai relief au personnage de Mahomet. Laissant de côté la sira, qui en fait un personnage aussi peu crédible que le sont de nos jours les biographies officielles d’un Staline ou d’un Mao, ce grand érudit, s’appuyant principalement sur les (trop) rares témoignages des chroniques du temps, nous peint un de ces grands hommes qui ont marqué l’histoire de leur forte personnalité.
En effet, il fut à la fois négociant, prédicateur, conquérant et chef d’état, plus exactement « Seigneur des Arabes ».
Hégire
  • Négociant, grâce à son appartenance à la tribu des Qurayshites et son mariage avec Khadija, la riche cousine d’un des « prêtres » judéo-nazaréens, Mahomet se déplaçait pour son commerce à travers la Palestine, la Mésopotamie et le Liban-Sud, et Yatrib.
  • Prédicateur « très bien instruit et à l’aise avec l’histoire de Moïse », Mahomet « proclamait la venue du Messie », selon certaines chroniques [27]. Il laissait dire (sans l’affirmer) qu’il était un prophète annonçant en réalité non la venue, mais le retour [28] du Messie-Jésus qui devait être précédé par la « libération de la Terre [la Palestine] » et « la restauration de la Maison de Dieu [reconstruction du Temple] ».
  • Conquérant, Mahomet l’est par son « charisme » de chef de guerre, sa capacité de fédérer les tribus arabes et de leur imposer une idéologie guerrière, mais surtout par sa stratégie consistant à profiter de l’épuisement des deux grands empires pour lancer une grande offensive, et sa tactique géniale de repli sur Yatrib pour mieux revenir vers la Palestine en donnant à ces opérations un caractère messianique.
  • Chef d’État enfin, Mahomet l’est par l’instauration de la nouvelle théocratie du califat, et sa vision de la communauté des croyants (umma) transcendant les nations et les empires, qui doit s’imposer au monde entier divisé en territoires soumis (dar el islam) et zones de guerre (dar el harb). Des projets qu’il n’aura pas le temps de mettre en œuvre, mais qui seront réalisés et développés par les califes qui lui succéderont.
Maxime Lenôtre
Édouard-Marie Gallez, Le messie et son prophète. Aux origines de l’Islam, Éditions de Paris (13, rue Saint-Honoré, B.P. 30107, 78000 Versailles), 2005, 2 vol. de 524 et 582 p., 14 x 20 (35 et 39 €).
[Recension parue dans Le Sel de la terre n°55, Décembre 2005.]
Sur le même sujet, voir : Le grand secret de l’Islam.

Chronologie succincte du IIIe au VIIIe siècle – Proche et Moyen-Orient

233 – Les Perses sont battus par Alexandre-Sévère.
243 – Campagne victorieuse de Gordien III.
260 – Victoire perse à Édesse. Capture de l’empereur Valérien.
284 – Carus envahit la Perse, mais meurt au combat avec son fils.
330 – Constantinople capitale de l’Empire romain.
364 – Partage de l’Empire romain : Occident (Valentinien Ier) – Orient (Valens).
527 – Guerre continuelle entre l’Empire romain d’Orient et les Perses Sassanides. Les Perses attaquent Justinien.
532 – Victoire des Perses et paix temporaire. Les Byzantins paient un tribut.
572 – Justin II refuse de payer le tribut. La guerre reprend.
591 – Maurice obtient l’annulation du tribut.
601 – Les Perses s’emparent de la Syrie, de la Palestine et de l’Égypte.
614 – Les Perses (Chosroès II) s’emparent de Jérusalem. Massacre des chrétiens. Incendie de l’Église du Saint-Sépulcre. La sainte Croix est emportée à Ctésiphon, capitale de l’empire perse.
627 – Victoire d’Héraclius à Ninive. Chosroès II est déposé, enfermé dans une salle de son palais où il meurt de faim. La Syrie est reprise à ses successeurs. La vraie Croix est rapportée à Jérusalem.
633 – Les Arabes attaquent la Perse. Victoire de Kadiysia (sur l’Euphrate). Chute de Ctésiphon (actuelle Bagdad). Les Perses se replient sur l’Iran. Prise de Persépolis par les Arabes. — Expédition d’Héraclius pour reprendre la vraie Croix à Jérusalem et l’apporter à Constantinople. — Abandon de la Syrie par les Byzantins.
635 – Chute de Damas.
635, 636 ou 637 – Jérusalem prise sans combat par les troupes du calife Omar.
639 – Les Arabes pénètrent en Égypte.
640 – Victoire arabe d’Héliopolis.
673 – Première attaque contre Constantinople.
718 – Deuxième attaque contre Constantinople. Les Arabes finissent par lever le siège.

Afrique du Nord

647 – Première tentative pour conquérir la Tunisie dirigée par un chrétien, Grégoire, gouverneur de l’Empereur d’Orient. Les Arabes se replient sur Égypte, contre le paiement d’un tribut.
661 – Transfert de la capitale, de Médine à Damas.
670 – Les Arabes reprennent leur progression le long de la côte, laissant de côté les grandes villes.
682 – Les Arabes atteignent l’Atlantique.
683 – Défaite à Biskra contre les Kabyles.
698 – Chute de Carthage, qui est détruite.

Conquête des îles par la flotte arabe

648 – Chypre.
654 – Rhodes.
655 – la Sicile.
720 – la Sardaigne.

Espagne et Gaule

711 – Le Berbère Tarik, lieutenant de l’émir d’Afrique du Nord, bat le roi wisigoth Roederic (Rodrigo des chansons de geste sur « la perte de l’Espagne »).
720 – Prise de Narbonne.
721 – Défaite arabe devant Toulouse.
732 – Razzias d’Abd-er-Rahmane : Carcassonne, Nîmes, Autun, Bordeaux. — Défaite à Ballan-Miré et Poitiers (Charles Martel).
759 – Reconquête de la Narbonnaise par Pépin le Bref.
[1] — Hanna Zakarias,  De Moïse à Mohammed. L’islam entreprise juive, tomes I et II, Cahors 1955 (autoédition). Les tomes III et IV furent publiés en 1964 (Éditions du Scorpion) par son disciple Joseph Bertuel. [2] — Rappelons qu’il y a une grande différence entre une « vue » sur une question, que l’auteur veut imposer en choisissant ses arguments, et une hypothèse, qui est un instrument scientifique permettant d’analyser la réalité historique et qui peut ensuite être abandonnée si elle ne rend pas compte de tous les faits (en particulier des nouvelles découvertes). [3] — Le livre sacré de l’islam. Aucun manuscrit conservé jusqu’à nos jours, et peu de fragments connus, sont antérieurs au IXe siècle : les plus anciens, s’il s’agit de ceux du musée Topkapi à Istamboul, datent en réalité du IXe siècle. [4] — Patricia Crone, Hagarism. The making of the islamic world  (en collaboration avec Michaël Cook), Cambridge University Press, 1977. Ses études sur l’islam se poursuivront par deux autres ouvrages : — Meccan trade and the rise of islam, Oxford, Blackwell, 1987 ; — God’s Caliph (en collaboration avec Martin Hinds), Cambridge University Press, 1986. [5] — A Moussali, La croix et le croissant,  Éditions de Paris, 1998 ; — Judaïsme, christianisme et islam, Éditions de Paris, 2005. [6] — Ray A. Pritz , Nazarene Jewish Christianity, from the end of New Testament period until its disappearence in the fourth century, Jerusalem-Leiden, Brill, 1988. [7] — A-L de Prémare, Les fondations de l’islam, Seuil, mars 2002. [8] — A-L de Prémare, Aux origines du Coran, Paris Téraèdre, 2004. [9] — A.-L. de Prémare, les fondations…, p. 44. Le plus important de ces centres était Jabyra dans le Golan, Jilliq, à une douzaine de kilomètres autour de Damas, sans doute pour le campement des troupes, et Dumayr à 30 kilomètres au nord-est de Damas, vers Palmyre. [10] — Saint Jérôme précise que ces tribus « vivant sous la tente » nomadisaient dans le  désert de Syrie, et Ammien Marcellin ajoute : le Sinaï. [11] — Alphonse Mingana, Leaves from the ancient Qurans possibly pre-othmanic, Cambridge University Press, 1914, p. XIII. [12] — Dans l’empire byzantin, à partir de 380 (édit de Théodose), le christianisme est devenu religion d’État. Ce qui n’empêcha pas les hérésies nestorienne et monophysite de prospérer avec ou sans la protection de l’empereur. [13] — René Dussaud, Topographie historique de la Syrie antique et médiévale, Paris, Geuthner, 1927. [14]Les fondations de l’islam, op. cit. p. 38-39. [15]Ibid., p. 70, 74-76, 78. [16] — Le terme « nazaréen » peut désigner :
– une peuplade signalée par Pline l’Ancien (23-79) installée à l’ouest de l’Oronte, qui a laissé son nom à de nombreux lieux (Wadi-n-nasara, monts des Nozairi…) ;
– des hérétiques appelés aussi « ébionites », signalés par saint Irénée (+ vers 208)  dans son Contra Haereses, par Eusèbe de Césarée (263-339), saint Jérôme (347-420) et saint Augustin (355-430) :  des « pauvres » (de l’hébreu  ebionim), baptistes et végétariens – il ne s’agissait pas de diététique, mais d’une ascèse respectant les formes supérieures d’âme animale, à cause de la croyance à la réincarnation –, gnostiques croyant que Jésus n’est qu’Adam revenu sur terre et qu’il est l’âme source de toutes les autres ;
– des chrétiens d’origine juive restés attachés aux prescriptions de la Tora, reconnaissant Jésus comme le Messie attendu, mais niant sa divinité. (Ce sont ceux qui nous intéressent ici, et qui sont baptisés « judéo-nazaréens » par Ray A. Pritz.)
– enfin, et plus généralement, les chrétiens dans les Talmudin.
[17]La Bible. Écrits intertestamentaires, Paris, Gallimard, 1987.
[18]Ibid., p. 1504. [19]Lettre 112, 13. [20] — Simon-Claude Mimouni, Le judéo-christianisme ancien. Essais historiques. Paris, Cerf 1998, p. 63-67. [21] — Maxime Rodinson, un des vulgarisateurs de l’histoire officielle de Mahomet et de l’islam, avoue lui-même qu’il n’a pu faire autrement que d’utiliser « des données tirées de sources sur lesquelles nous n’avons que peu de garanties de véracité » (Mahomet, 1961, p. 12). Ce qu’A.-L. de Prémare  commente : « Autant dire que toute biographie du prophète de l’islam n’a de valeur que celle d’un roman que l’on espère historique » (op. cit., p. 30). [22] — La démonstration irréfutable en a été faite par Patricia Crone dans son étude Meccan trade and the rise of islam, Princeton University Press, 1980. Ces acquis de la recherche sont contestés par A.-L. de Prémare (op. cit. p. 53) sans qu’il donne un seul argument. [23]Ibid., p. 98. [24] — A.-L. de Prémare, ibid., p. 53. [25]Ibid. p. 149 et passim.
[26] — É.-M. Gallez montre que c’est la seule étymologie possible et crédible, la transformation du o en e ne présentant aucune difficulté dans la langue arabe, où les consonnes comptent davantage que les voyelles.
[27] — Citations tirées de l’Histoire d’Héraclius par l’évêque Sebeos (ou Pseudo-Sebeos), chronique arménienne étudiée par Patricia Crone (Hagarism…, 1977) et de la Doctrina Jacobi ou Didascalie de Jacob, texte de 634 étudié par Robert G. Hoyland dans Seeing islam as others saw it…, Princeton, 1997. [28] — Le mot « venue » de la Doctrina Jacobi est à interpréter dans ce sens, puisque le Coran, qui reprend l’idéologie judéo-nazaréenne, admet que le Messie est déjà venu, qu’il n’est pas mort sur la croix, mais a été enlevé au Ciel pour être gardé en réserve.

samedi 20 février 2016

Un nouvel évêque pour la Résistance: Dom Thomas d'Aquin OSB

Des Évêques.

La Fraternité est toujours en danger.
Les Évêques résistants doivent suppléer !
Depuis le Chapitre général de juillet 2012, lorsque la Fraternité Saint Pie-X, sous la direction de Mgr Fellay, fit une embardée décisive vers un accord de compromission avec la Rome conciliaire, les Catholiques de la Tradition se sont demandé quelle était la position des deux autres Évêques de la Fraternité, Mgr Tissier de Mallerais (MgrT) et Mgr de Galarreta (MgrG), car les deux ont été plutôt discrets en public depuis ce temps-là. Or, de fermes paroles prononcées par chacun d’eux le mois dernier ont soulevé des espoirs pour le futur de la Fraternité. Ces espoirs sont-ils justifiés ? Les Catholiques risquent d’avoir à demeurer sur leur garde . . .
Le sermon de Confirmations de MgrT prononcé le 31 janvier à Saarbrücken en Allemagne ne pouvait être ni plus droit ni plus clair. Par exemple : Dans sa confrontation avec Rome, la Fraternité ne doit jamais s’engager dans le compromis ou le calcul. Nous ne pouvons jamais négocier avec Rome tant que les représentants de la Néo-église (sic) s’accrochent aux erreurs de Vatican II. Toute discussion de notre part avec Rome doit être sans ambiguïté aucune, et avoir comme but la conversion des représentants de la Néo-église à notre seule et unique véritable Tradition catholique. Aucun compromis ni calcul jusqu’à ce qu’ils aient surmonté leurs erreurs conciliaires et soient revenus à la Vérité.
Paroles admirables ! La droiture n’est pas le problème chez MgrT. Il n’est point politicien, que Dieu l’en bénisse. Mais lorsqu’il faut traduire les mots en action, son « Cinquantisme » » le fait obéir à son Supérieur et retomber dans la ligne des politiciens de la Fraternité qui règnent depuis le QG de la FSPX à Menzingen. Rien n’indique que cela ne se reproduira pas cette fois-ci aussi, mais on peut toujours prier pour que, comme dit le proverbe, « Même un ver de terre peut se retourner ». MgrT est loin d’être un ver de terre, mais il se cache à lui-même, ou ne peut tout simplement pas voir, toute la malice des actions de Menzingen. Ce n’est pas seulement l’unité et le bien-être de la Fraternité qui est en jeu, mais la continuation de l’Opération Survie de la Foi catholique qui a été l’œuvre de Mgr Lefebvre.
Au contraire, MgrG est un politicien. Malheureusement, on ne possède pas tout le texte de la conférence qu’il prononça à Bailly, en France, le 17 janvier, car les mots exacts comptent, et ainsi on ne peut le citer qu’ à partir d’un résumé de sa pensée : les dernières propositions théologiques et canoniques de Rome pour un accord Rome-Fraternité demeurent inacceptables, mais le Pape veut certainement un accord et il est parfaitement capable d’ignorer ses propres subordonnés et d’imposer à la Fraternité une reconnaissance « unilatérale ». Une telle reconnaissance pourrait certainement f aire du mal à l’intérieur de la Fraternité, mais si elle n’avait rien fait pour l’obtenir, elle ne pourrait rien faire à ce sujet. Mais la Providence sera capable de veiller une fois de plus sur l’œuvre de Mgr. Lefebvre.
Mais, Excellence, depuis plusieurs années Menzingen fait tout ce qu’elle peut par la négociation politique pour en arriver à une reconnaissance officielle de Rome, et son éventuelle arrivée « unilatérale » serait un simple faux-semblant pour tromper les traditionalistes. C’est ainsi qu’on liquiderait la Fraternité en feignant, sans doute avec la permission discrète de Rome, que cela avait été la faute de Rome. Mais le fait demeure que la Fraternité de Monseigneur Lefebvre aurait été définitivement trahie, et vous avec votre protestation feinte, «  Non, non, mille fois non . . . mais, peut-être ben qu’oui  » auriez à répondre de ne pas avoir fait tout ce que vous auriez pu et dû faire pour bloquer cett e trahison.
Bref, le système de lumières d’urgence de l’Église universelle dans les ténèbres Conciliaires, qu’est la Fraternité, vacille lui-même et est en danger de ne plus jeter de lumière. Par conséquent, l’équipe de réparation qu’est la « Résistance » pour sauvegarder le système d’urgence, est toujours nécessaire, et cette équipe a besoin d’une suffisance de bons contremaîtres. Un troisième Évêque pour la « Résistance » est prévu, comme l’an dernier le 19 mars au monastère près de Nova Friburgo au Brésil. Il est son Prieur, Don Thomas D’Aquin, fidèle guerrier et vétéran de la guerre post-conciliaire pour la défense de la Foi. Que Dieu soit avec lui et avec tous les humbles et fidèles serviteurs de Dieu.
Kyrie eleison.

vendredi 19 février 2016

Monsieur l'abbé Suelo est décédé.


Chers fidèles,

L'abbé Edgardo Suelo vient de mourir ce matin au séminaire à 10 h 00, d'une crise cardiaque.Il avait été ramené de l'hôpital il y a deux semaines, conscient, mais tout à fait paralysé de son attaque et nous a quitté entouré des prêtres et séminaristes, et non pas dans un lit d'hôpital solitaire.Nous allons l'enterrer temporairement au pied de la statue de Notre-Dame dans la cour centrale du Séminaire et commencer la construction d'une crypte sous le sanctuaire de la future église.
L'abbé Suelo était un soldat.On ne l'a jamais entendu se plaindre de rien, et il avait toujours soif de travailler à la vigne du Seigneur. Les médecins se plaignaient qu'il ne se plaignait jamais. Fr Suelo s'est toujours tenu dans la Vérité.En 2012, il a immédiatement détecté que la réconciliation avec l'église novus ordo était du diable, purement et simplement. Il a ensuite pris le risque, alors que sa santé commençait déjà à décliner, à se joindre à la Compagnie de Marie et son aide nous a permis de maintenir des missions que nous aurions certainement perdu autrement.
Vade in Pace, Miles Christi.fc +

jeudi 18 février 2016

Pélerinage du Puy: car probable au départ d'Angers

A partir du Nord- Ouest de la France : 

un car sera réservé s’il y a suffisamment de pèlerins intéressés.
Aller Angers-Le Puy le vendredi 13 mai après-midi – retour le dimanche 15 mai après-midi.
Se faire connaître le plus tôt possible au P. Bruno (06 20 43 44 32).