samedi 30 janvier 2016

Pélerinage des jeunes de la FSSPX USA pour le Jubilé de la Miséricorde !


Voici des captures d'écran de l'annonce du Pèlerinage des Jeunes, organisé par le district des USA:
Traduction:
Pèlerinage des jeunes 2016
Un pèlerinage à Rome pour le jubilé de l'année de la Miséricorde
pour les fidèles de la FSSPX
6-17 mai 2016
avec l'abbé Nicolas Gardner FSSPX
avec le pèlerinage de 3 jours Chartres-Paris

L'abbé Gardner a été ordonné en 2012 à Winona (voir ici et ici)


vendredi 29 janvier 2016

La formation de la conscience catholique (Education catholique 3 - Abbé Salenave)

Sermon du 24 janvier 2016 - Brest

L'abbé Salenave explique dans cette 3ème partie comment éclairer, diriger, suppléer et préserver la fragile conscience d'un enfant. Sermon utile pour tous les bons parents et éducateurs.


Sermons précédents:



jeudi 28 janvier 2016

La course au ralliement


Le texte suivant est paru sur La Porte Latine et DICI. Le père Bruno n'y a fait qu'ajouter un titre et une petite note à la fin du texte.

A l’occasion de la Marche pour la vie de Washington (Etats-Unis), à laquelle il participait le 22 janvier 2016, Mgr Bernard Fellay a donné, la veille au soir, une conférence de presse sur le thème de la famille. En présence d’environ 200 personnes et suivi, en temps réel, sur Internet dans le monde entier, le Supérieur général de la Fraternité Saint-Pie X a répondu aux questions de James Vogel, responsable de la maison d’édition du district des Etats-Unis, Angelus Press.
DICI propose à ses lecteurs la traduction française des propos les plus significatifs tenus par Mgr Fellay, lors de cette conférence. Il y est question de l’avortement, de la situation de l’Eglise, des relations de la Fraternité Saint-Pie X avec Rome et le pape François.

La Marche pour la vie
« Ce n’est pas une affaire nationale. C’est un combat mondial. Nous devons défendre les innocents, et cette bataille pour la défense des innocents n’est qu’une partie d’un très grand combat. (…)
« Ce qui est vraiment impressionnant, c’est de voir que cela se passe partout, dans tous les pays. Certains appellent cela ‘le progrès’, ils prétendent faire de belles choses alors qu’ils sont juste en train de détruire l’humanité. Et ils commencent cette destruction de la nature humaine au tout début de l’être humain, dans le propre ventre des futures mères. (…)
« Bien sûr, nous devons défendre ces innocents. Voilà pourquoi je suis ici, pour encourager tous ceux qui se sont impliqués dans ce grand combat. »

Confusion dans l’Eglise

mercredi 27 janvier 2016

Entretien avec M. l'abbé Ndong Ondo (janvier 2016)

M. l'abbé Ndong, résidant au Gabon, à Libreville, l'un des deux ou trois prêtres de la Résistance à Afrique, a bien voulu nous accorder cet entretien au blog Reconquista, qui a ainsi la joie de faire connaître l'un de ces courageux prêtres de la Résistance.  [Nous publierons prochainement des photos de la mission de Libreville]
Nous l'en remercions vivement.
[entretien exclusif pour Reconquista, merci de mentionner la source pour toute publication ou traduction]
Abbé Pierre Célestin Ndong Ondo

Télécharger la version papier de l'entretien sans photos
télécharger la version papier de l'entretien avec les photos de la mission
[Ces liens renvoient à une version corrigée le dimanche 31 janvier.]

Reconquista: Monsieur l'abbé, un grand merci d'avoir bien voulu répondre à nos questions. Pour commencer, pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs, dont beaucoup ne vous connaissent pas ?
abbé Ndong Ondo: Je suis né à Libreville au Gabon en 1974. Je suis entré au séminaire de Flavigny en France en 1995 et en 2001, j’ai été ordonné prêtre à Ecône en Suisse. De 2001 à 2003, j’ai exercé mon ministère en France, puis en Belgique de 2003 à 2007. Ensuite encore un an en France avant de passer trois ans aux Etats-Unis. Je suis revenu au Gabon en 2011 et j’y exerce mon ministère depuis cette année.

R: Votre nom apparaît pour la première fois dans les prêtres de la Résistance vers novembre 2013, dans une conférence de l'abbé Chazal. Vous apparaissez ensuite au nombre des signataires de l'Adresse aux Fidèles. Pourriez-vous nous préciser les circonstances et les motifs qui vous ont décidé à quitter la FSSPX ?
A. N.O. : Mon départ de la FSSPX est dû à deux causes que j’estime inséparables : une fausse notion de l’autorité et la nouvelle orientation prise par les autorités de Menzingen.
D’abord, une fausse notion de l’autorité. Je connais la FSSPX depuis 1987. J’étais alors au Gabon et je fréquentais la FSSPX comme simple fidèle. Je suis devenu membre de la FSSPX en 1996. Je suis devenu prêtre de cette même FSSPX en 2001. J’en ai été exclu ou je l’ai quittée en 2012. Depuis 1987, et encore plus depuis mes années de séminaire et plus encore depuis 2001, j’ai remarqué qu’il existe une fausse notion de l’autorité au sein de la FSSPX. Cette fausse notion consiste à dire que l’autorité au sein de la FSSPX a toujours raison et que par conséquent, elle ne peut être critiquée ; elle doit toujours être obéie. Cette fausse notion est répandue à tous les niveaux et se manifeste notamment par le recours à la fameuse et fumeuse grâce d’état des supérieurs. Je me suis toujours opposé à une telle notion et cela m’a valu d’être étiqueté rebelle par les supérieurs de la FSSPX. En effet, pour eux, quiconque critique un supérieur est automatiquement rebelle. Ma rébellion devait tôt ou tard entraîner mon exclusion ou mon départ de la FSSPX. Il était clair que je ne pouvais pas rester indéfiniment dans une structure infestée par une si fausse notion de l’autorité.
Ensuite, la nouvelle orientation des autorités de Menzingen. Cette nouvelle orientation consiste dans le fait que les autorités de Menzingen ont décidé de signer un accord purement pratique avec les autorités de Rome. J’ai commencé à remarquer cette nouvelle orientation avec l’élection de Benoît XVI en 2005. Cette nouvelle orientation m’est apparue plus claire avec les Te Deum pour le désastreux Motu Proprio de juillet 2007. Et encore plus claire avec les scandaleux Te Deum pour le décret levant les excommunications de janvier 2009. A la suite du Priests’meeting de 2009, j’ai enfin compris que les autorités de Menzingen voulaient un accord purement [pratique] mais elles n’osaient pas le dire clairement craignant une scission de la FSSPX. En décembre 2010, j’ai écrit à Mgr Fellay pour lui dire mon sentiment sur le Motu Proprio, le décret levant les excommunications. Sa réponse, via son Secrétaire général, a été grosso modo : « Vous êtes un orgueilleux et je vous soupçonne d'avoir une volonté de révolte » Cette réaction ne m’a pas étonné car je savais que les supérieurs de la FSSPX, Mgr Fellay en tête, étaient imbus d’une si fausse notion de l’autorité. Il était alors clair pour moi que mon temps au sein de la FSSPX était compté : tôt ou tard, je devrais la quitter ou en être exclu.
Dans mon esprit, la fausse notion et la nouvelle orientation sont inséparables et expliquent que tôt ou tard, je devais quitter la FSSPX ou en être exclu : c’était tout simplement inévitable. C’est pourquoi, à mon retour des Etats-Unis en mai 2011, je me suis mis en retrait de la FSSPX en restant chez mes parents. Enfin en août 2012, j’ai reçu ma lettre d’exclusion de la FSSPX. Officiellement, je devenais alors un prêtre isolé mais pratiquement, je l’étais depuis 2011.



R: vous exercez votre ministère au Gabon, donc dans le district d'Afrique de la FSSPX. Ce dernier est réputé assez conservateur. Cette impression est-elle réelle, ou bien ce district suit-il exactement comme les autres la libéralisation rapide de la FSSPX ?

mardi 26 janvier 2016

Nouvelles du nord de l'Angleterre


Monsieur l’abbé King a acheté un nouveau “prieuré” ou maison/centre de messe pour la Résistance. Ce bâtiment sera utilise pour célébrer la messe pour les fidèles de la région et pourra aussi héberger les prêtres pour leurs « missions nordiques ».
Une maison dans la périphérie sud de Southport a été achetée (il a acquis cette propriété le 18 janvier 2016), qui pourvoira aux besoins dans les débuts. La première messe fut célébrée le 20 janvier et la première messe publique sera célébrée le dimanche 24 janvier à 13h30. La chapelle sera dédiée à Saint Grégoire le Grand, Apôtre de l’Angleterre.
La maison est modeste : c’est une maison trois façades avec trois chambres. La chapelle est prévue au rez-de-chaussée, et devrait pouvoir accueillir de 25 à 30 fidèles.
Monsieur l’abbé King restera dans son appartement jusqu’à expiration du bail et ensuite, le 4 février prochain, il va déménager dans cette nouvelle maison.
L’abbé est reconnaissant à tous ceux qui ont aidé à l’achat

mardi 19 janvier 2016

Mgr Fellay parle de la proposition romaine

source: Non Possumus (traduction pour Reconquista)

Dans une vidéo enregistrée en novembre 2015, Mgr Fellay parlait de la proposition romaine. Cette vidéo a été publiée par le site (néo-FSSPX) Hacia la Verdadera Cristiandad.

Voici la traduction d'un extrait de cette vidéo [les sous titres, entre crochets, sont du blog Non Possumus]:


[Rome baisse ses exigences pour un accord]

Au début de juillet, la Congrégation pour la doctrine de la Foi a fait de nouveau une proposition à la Fraternité, et ce qui est intéressant est que, dans cette proposition, ils ont éliminé les deux conditions qu'ils avaient posées deux ans avant.

Donc, ils ne nous demandent pas de dire que la Nouvelle Messe est licite, et ils ne nous ne demandent pas de reconnaître que Concile serait traditionnel.


[« ROME NE VEUT DEJA PLUS IMPOSER LE MODERNISME »]

lundi 11 janvier 2016

Intentions de prières du pape François: toujours plus de syncrétisme ...

Chaque mois, à l'occasion de l'année de la Miséricorde, le Vatican diffusera une vidéo des intentions de prière du pape François. Voici celle de janvier: toujours plus d'indifférentisme religieux...

Que cela soit pour nous une invitation à toujours plus de prières en réparation.



samedi 9 janvier 2016

« Nous reconnaître tels que nous sommes » ? (R.P. Bruno OSB)

Dom Gérard OSB, prieur du Barroux


A la fin du « mot du supérieur général » (1er novembre 2015) du dernier bulletin Cor unum, Mgr Fellay donne quelques précisions aux membres de la Fraternité sur « la situation de l’Eglise et nos relations romaines ».

Bien des points seraient à commenter : « la sainte Eglise, malade, […] perdant chaque jour davantage son unité » (?) – « le pape […] se range plutôt du côté des progressistes » (vous croyez ?) – « la grâce de la fidélité à cette œuvre merveilleuse qu’est la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X »…

vendredi 8 janvier 2016

Messe de minuit à Chennai (Inde)

 
Photos prises par M. Pothiraj, coordinateur de la chapelle de Chennai.
 
La messe était célébrée par M. l'abbé Suneel Reddy (FSSPX-CM).
 
Cliquez sur une photo pour l'agrandir et ouvrir la galerie d'images.
 
 
 
 
 
 
 
 

mercredi 6 janvier 2016

Que penser de Maria Valtorta ?

Source: Dominicains d'Avrillé

Pour répondre à cette question, nous reproduisons ici, en le complétant quelque peu, un passage d’une recension du livre de l’abbé Gérard Herrbach, Des Visions sur l’Évangile, parue dans Le Sel de la terre nº 7. Pour plus de détail, nous renvoyons au livre de l’abbé Herrbach disponible sur le site de Clovis.

A propos de Maria Valtorta

Maria Valtorta est morte en 1961 « dans un isolement psychique incompréhensible » (aliénée). Son œuvre principale, La vie de Jésus, écrite de 1943 à 1947, couvre quelque 10 000 pages de cahiers. Son confesseur, le père Migliorini, prétend avoir été reçu en audience, en compagnie du père Berti, par le pape Pie XII en février 1948, et le pape leur aurait dit de publier l’œuvre telle quelle, en ajoutant : « Qui lira, comprendra. » Cette autorisation orale du pape paraît invraisemblable : le pape n’aurait pu raisonnablement donner une telle autorisation que s’il avait lu l’ouvrage et s’était assuré de son orthodoxie ; mais comment le pape aurait-il trouvé le temps de lire ces 10 000 pages ? Cette autorisation du pape paraît d’autant plus invraisemblable que le Saint-Office a interdit définitivement (sans correction possible) l’œuvre un an plus tard, en février 1949. Les quatre premiers volumes furent pourtant publiés, sans Imprimatur, de 1956 à 1959. Le 16 décembre 1959, les livres édités furent mis à l’index. L’Osservatore romano publia la mise à l’Index accompagnée d’un article justifiant la condamnation.

En voici quelques extraits :

lundi 4 janvier 2016

abbé Ruiz: Sermons à Québec (en français)

Sermons et conférences donnés à Beaumont, Québec par l'abbé Hugo Ruiz.

27 décembre: fête de Saint Jean
Sermon:




Conférence:




28 décembre: Fête des Saints Innocents




29 décembre 2015: Fête de Saint Thomas de Cantorbéry:


samedi 2 janvier 2016

Le grand problème de l’accord pratique ... par Mgr Fellay en 2007

Pour donner la réponse, contactez les dominicains d'Avrillé: dominicains-avrille@wanadoo.fr

Giotto - le Baiser de Judas
Qui a prononcé les paroles suivantes : Mgr Lefebvre ? Mgr Tissier de Mallerais ? Mgr de Galarreta ? Le Père Jean ? L’abbé Beauvais ? L’abbé de Cacqueray ? L’abbé Bouchacourt ? L’abbé Schmidberger ? (liste non exhaustive) Nous offrons un abonnement gratuit d’un an à la revue Le Sel de la terre à la première personne qui trouvera. 

Le grand problème de l’accord pratique :
on ne peut vraiment travailler
que si l’on est d’accord sur les principes

Pourquoi ne veut-on pas aller sur le chemin d’un accord pratique ?
Si vous voulez, c’est assez simple: tant que la base, dite ou non dite, d’un tel accord, ce sont les principes modernes introduits par le Concile, si nous acceptons cela, nous sommes fichus.
Même s’ils nous donnent une structure où l’on ait plus ou moins comme on fait actuellement entre nous, même s’ils nous donnent des évêques, même s’ils nous permettent de continuer nos séminaires, si la base, si le fondement auquel nous sommes tenus, ce sont les principes modernes, tôt ou tard, ces principes reviennent à la surface.
Je vous donne un exemple, ou quelques exemples. C’est très simple. Forcément, si nous sommes dans une telle situation, nous avons des rapports avec eux, ici ou là. Ces rapports, ce n’est pas nécessairement toujours des rapports amicaux; ça peut aussi être conflictuel. S’il y a un conflit, qu’est-ce qu’on fait ? On va voir le juge. Et le juge, comment est-ce qu’il juge ? Eh bien, d’après la loi. Si la loi, c’est la loi moderne, c’est cette loi-là qui va juger.
Je vous donne un exemple : le mariage.
Aujourd’hui, je ne sais pas combien de mariages sont annulés dans l’Église moderne, au nom d’un article du nouveau droit canon, qui vraiment est une injure : c’est le divorce ouvert. Ça s’appelle immaturité. Je connais des cas invraisemblables. Par exemple, voilà quelqu’un – ils ne s’entendaient plus, malheureusement – qui veut se « remarier ». Il était déjà marié devant l’Église, alors il va voir le tribunal ecclésiastique et il dit : « Ma femme était immature. » Mais la femme ne voulait pas être immature ! Alors c’est lui qui s’est déclaré immature… et le mariage a été annulé !
C’est comme ça que ça marche!
Imaginez que ces gens-là viennent chez nous, nous disons : « Cela ne va pas du tout. Ecoutez, cher Monsieur, vous êtes vraiment marié avec votre première femme ; la deuxième, ce n’est pas votre vraie femme. »
L’Église officielle dit
oui; nous on dit non; comment est-ce qu’on fait? où est-ce qu’on va ? On arrive à des situations insolubles.
Prenons l’exemple de la nouvelle messe.
Nous disons : « La nouvelle messe est mauvaise. Il ne faut pas aller communier à ces nouvelles messes parce que si vous communiez, en recevant la communion qui est le fruit de cette messe, vous dites que vous êtes d’accord avec cette nouvelle messe. »
Nous disons : il ne faut pas aller communier. Donc quand on va dire des messes dans des endroits où est dite la nouvelle messe, on prend nos hosties, nos calices et ainsi de suite. Alors imaginez que le curé du lieu voie ça : eh bien il est furieux, évidemment, il est fâché. Alors qu’est-ce qu’ils font ? Ils nous dénoncent à Rome ; ils nous dénoncent à l’évêque et on est reparti pour une bagarre.
Voyez, par des exemples concrets, j’ai essayé de vous montrer que c’est IM-POS-SIBLE !
Tant que Rome ne revient pas, vraiment ne déconnecte pas — ça ne veut pas dire que tout est réglé dans l’Église, évidemment non — on ne peut vraiment travailler que si on est d’accord sur les principes. Et c’est pourquoi nous insistons, et ré-insistons, et disons, qu’il faut d’abord discuter des principes avec Rome avant de pouvoir faire un accord. Sinon, encore une fois, c’est du suicide.

vendredi 1 janvier 2016

Séjour de l'abbé Kramer au séminaire de Cebu

La visite de l'abbé Kramer et les photos qu'il a pris à cette occasion permettent d'avoir de nouvelles vues du séminaire et d'en mieux voir la vie quotidienne, même anecdotique...

Nous avions déjà publié les photos de la messe célébrée à Cebu en décembre.



Arrivée au séminaire:

Le séminaire, perché dans la montagne...









La chambre et les compagnons de chambre... :


Vue sur la chapelle...


Vue sur la vallée depuis le "balcon"


La tour de la chapelle:




Au quatrième ou cinquième étage ...


La cour du séminaire



Autres Vues: